Les directeurs d’Expo 67 défient le Parlement canadien

Le logo d’Expo 67 suscite un vif débat à la Chambre des communes.


Par Carmen Desmeules

John Diefenbaker, le chef de l’Opposition, déteste le choix du symbole avant-gardiste créé l’artiste Julien Hébert:  «Ça a l’air de pattes de poulet!»  Les parlementaires veulent un castor ou une feuille d’érable qui représenterait mieux le Canada, pays hôte de l’Exposition. Malgré l’ordre formel de changer le logo, les directeurs de l’Expo tiennent tête à Ottawa.

Comme le mentionne Julien Hébert: «Un symbole est toujours un petit peu mystérieux à première vue, comme la croix ou un symbole chimique, mais quand il est expliqué et accepté, il devient très simple et évident. Ce symbole se compose d’éléments qui existent depuis toujours et qui représentent l’Homme.»

L’un à côté de l’autre, ils suggèrent une concorde, c’est-à-dire l’«union des cœurs et des volontés qui produit la paix».

Hébert ajoute : «Je ne sais pas pourquoi il n’a pas plu. Peut-être parce que les gens d’Ottawa n’ont pas compris le sens même du symbole. Individuellement, ils peuvent aimer ou ne pas aimer, mais en tant que représentants à Ottawa, je ne pense pas qu’ils puissent porter un jugement sur une œuvre d’art.»

Sources: Fonds d’Expo 67, Bibliothèque et Archives Canada; extrait du film Expo 67 Mission impossible; entrevue avec Yves Jasmin, mai 2016.


Quels autres logos ont été considérés?


Comments

comments

No Comments Yet

Comments are closed