Le Roi des rois à Expo 67

Mardi 2 mai 1967 – la première visite de dignitaires : Hailé Sélassié, empereur d’Éthiopie


Par Carmen Desmeules

C’est en ce jour que débutent les Journées en l’honneur des pays participants d’Expo 67. En cette journée nationale de l’Éthiopie, Sa Majesté Impériale Hailé Sélassié 1er, autoproclamé « le Roi des rois » arrive sur le site avec sa cour : 40 personnes,  6 limousines, et un petit chien qui se fera remarquer à la Place des Nations.

« Fifi, le petit chien,  va sur le tapis rouge et dépose un souvenir mémorable, en plein milieu du nouveau tapis qu’on venait d’acheter », raconte Philippe de Gaspé Beaubien.

Cette première visite fut des plus mouvementées, se souvient-il : « Le commissaire général [Pierre Dupuy] avait commandé une plume en or de 18 carats pour la reine Élizabeth […]. Malheureusement, il ne l’a pas attachée avec un bâton. Alors, Hailé Sélassié […] a signé le livre, il a pris la plume, il l’a mise dans sa poche et  il est parti. Le commissaire général venait de perdre sa plume qu’il avait fait fabriquer en or spécialement pour la reine. Ce sont des petites anecdotes que je raconte pour la première fois, je pense. Je n’ai pas parlé de ça beaucoup. Et puis, c’était notre première visite d’un  chef d’État. On a beaucoup appris !»

Roger D. Landry, responsable du protocole lors des visites des chefs d’État, raconte :

« Hailé Sélassié, par exemple, était le chef d’un tout petit pays  très pauvre.  Les dignitaires,, on les traitait tous d’une même façon protocolaire, au même niveau. Petits, moyens, grands, etc. Je pense que ça été bien apprécié. Les cérémonies étaient toujours très formelles et c’était toujours plein de monde à la Place des Nations, parce que les gens voulaient voir les chefs d’État. C’était très très bien. »

L’empereur passera en revue la garde d’honneur composée du 3e bataillon du Royal 22e Régiment. Protocole qui sera repris par tous les chefs d’État lors des Journées nationales.

Source: Expo 67, De jour en jour et les comptes rendus d’entrevues de Philippe de Gaspé Beaubien II et de Roger D. Landry, juillet 2016.

Comments

comments