Une pièce de théâtre «indécente» à Expo 67!

Et oui, une autre semaine bien mouvementée à l’Exposition universelle de Montréal….


Par Carmen Desmeules

Lundi 25 septembre 1967

La grève des transports de la Ville de Montréal amorcée dans la nuit du 20 septembre se poursuit à Expo 67, avec tout ce que ça entraine : baisse du nombre de visiteurs, stationnements débordant sur les gazons et terre-pleins, embouteillages, retards. On s’y rend à vélo, à pied, en train, en rouli-roulant, en autostop, en canot!

Au pavillon de la Jeunesse, la troupe de théâtre montréalaise Les Saltimbanques présente depuis le 4 septembre, Équation pour un homme actuel, de Pierre Moretti.

En cette soirée du 25 septembre, ils sont visités par l’escouade de la moralité : on soupçonne que la scène érotique était des plus véridiques!

«Le juge doit déterminer si les acteurs ont simulé un coït sur scène ou s’ils ont plutôt — comme le prétend la défense — simplement “manifesté des mouvements ondulatoires”. […] Appelé à la barre comme témoin, le comédien et metteur en scène Paul Buissonneau a beau décrire au juge la “technique de l’aura” […] le juge conclut à la culpabilité du groupe. Ce n’est qu’au second procès que Les Saltimbanques seront acquittés.» (Kantorowski, 140)

Au pavillon de la France, M. Raymond Aron, éditorialiste au Figaro et professeur à la Sorbonne, donne une conférence ayant pour thème : La jeunesse envisagée comme classe sociale. Nous sommes dans les années 60, la jeunesse est partout et manifeste!

Sources : Frédéric Kantorowski «En scène! 1865-1979» Les Publications du Québec, 2016, page 140.; Journal de Jour en jour, Expo 67.



Vous voulez en savoir plus sur Expo 67?


Comments

comments

No Comments Yet

Comments are closed